La distanciation sociale étant la première des conséquences des mesures de confinement, les danseurs de Zouk n’ont plus la possibilité d’exercer leurs passions lors de leurs de soirées.  L’un de leur porte-parole s’est exprimé à notre micro :

« C’est avec tristesse que nous avons appliqué les mesures dites barrière et que nous ne pouvons plus zouker  comme avant ; nous attendons donc une aide psychologique des autorités et surtout une compensation financière; le traumatisme est important et beaucoup parmi nous risquent de ne pas survivre à tout ça ».

Plus d’informations à venir de notre envoyé spécial en Martinique….